Cameroun : Ce que Maurice Kamto du MRC a déclaré à Paris en France ce jour

0
406

« Nous n’avons pas décidé de boycotter les élections par simple posture ».

Le président du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) s’est de nouveau expliqué sur les raisons qui ont amené son parti à boycotter les élections législatives et municipales prévues au Cameroun le 9 février prochain. En conférence de presse à Paris, le leader national du Mrc assure que la décision de boycott n’a pas été prise sur un coup de tête. D’ailleurs pour le candidat arrivé second lors de la dernière présidentielle, à la création du Mrc, il n’a jamais été question de faire de la politique de la chaise vide une stratégie. Il admet que le boycott est une décision grave car il aura des conséquences sur le parti.

« Le boycott est une décision politique qui ne se prend pas à la légère. L’option initiale de notre parti lors de sa création, était de ne pas faire la politique de la chaise vide… Nous n’avons pas décidé de boycotter les élections par simple posture. C’est une décision grave pour nos militants, nombreux qui voulaient être candidats. C’est aussi une décision grave pour notre parti, parce qu’au regard de la loi, nous ne pourrons pas investir de candidats à la prochaine élection présidentielle », a déclaré Maurice Kamto.

Sur les motivations qui sous-tendent ce mot d’ordre de boycott, Maurice Kamto a semblé se répéter. En effet, il a évoqué, comme lors de sa conférence de presse du 25 novembre à Yaoundé, la crise anglophone et le code électoral comme les principales motivations du boycott. « Nous avons décidé de boycotter les élections pour deux motifs: La poursuite de la guerre dans les régions du Nord-Ouest et le Sud-Ouest et le Code Electoral », a-t-il indiqué. Maurice Kamto va animer dans la capitale française un grand meeting politique. Le rassemblement politique doit en effet se tenir le samedi 1er février.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici