Cameroun – Financements des projets PTS: Les jeunes du Cnjc en colère, signent une pétition contre Mounouna Foutsou

0
715

Réunis au sein du collectif Cnjc – Action National, ils s’indignent contre la gestion du plan triennal spécial jeunes par le ministre de la jeunesse et de l’éducation civique Mounouna Foutsou. Ce qu’ils ont fait savoir par le biais d’une pétition que ces derniers ont signé le 18 novembre 2020 à Yaoundé.

« Non ! Non et Non ! » écrivent ces jeunes pour marquer leurs mécontentements. À une semaine de la fin de la tournée nationale de remise de financement et de matériels aux jeunes bénéficiaires de ce plan d’urgence de Paul Biya destiné à cette tranche de la population. Un déploiement du Minjec qui a mobilisé une enveloppe de 3,5 milliards de francs CFA pour 1325 projets. Aujourd’hui qui fait des remous au sein du conseil national de la jeunesse. Et par contre une grande réussite pour le ministre Mounouna Foutsou.

À la base de cette pétition « Nous, présidents communaux, nous membres départementaux et régionaux réunis autour de ce comité venons auprès de votre bienveillance poser sur votre table le problème de l’autonomie de la jeunesse voulue par le chef de l’État S. E Paul Biya» écrivent t- ils. Pour réclamer la gestion du don de 102 milliards de francs CFA, du plan triennal spécial jeunes promu en février 2016 par le président de la république. Avec pour ambition non seulement d’autonomiser ces jeunes mais aussi de résoudre le problème de chômage jeunes. Force est de constater avec « regret de ne pas voir les présidents communaux, départementaux et régionaux impliqués dans le processus de dotation de quelques bénéficiaires» déplorent les jeunes du collectif Cnjc- Action National. Pire encore l’absence où la non validation des projets des présidents des démembrements du conseil national de la jeunesse du Cameroun. Par ailleurs ils évoquent également quelques irrégularités observées dans le processus de dotation de ces  financements et matériels aux jeunes. En clair, les jeunes dénoncent le népotisme, l’inertie et la corruption dans le processus d’attribution des retombées du PTS- Jeunes. Et ne comptent pas s’arrêter là, si la réponse du ministre n’est pas prompte et favorable. Selon cet épitre destiné au Minjec, le collectif prévoit se faire entendre jusqu’au sommet de l’État. En outre, ils prévoient donner une conférence de presse passé le délai d’une semaine, et saisir le premier ministre si possible. C’est une affaire à suivre de très près. Quand on sait que, rarement ces jeunes prennent position.

Paul Fils Eloundou

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici