Cameroun : Le Commissaire Mouen Mouen saisit 2 tonnes de médicaments illicites à Mfou

0
699

Commissaire par intérim dans cette localité située à un jet de pierre de la capitale camerounaise, Vincent Pascal Mouen Mouen a réalisé des actions d’éclats en 15 mois de « mission commandée » dans un contexte de libertinage avec la sécurité publique.

Le Commissaire de Police Vincent Pascal Mouen Mouen semble déjà manquer à la ville de Mfou. Lui qui n’y est arrivé qu’en janvier 2020. Il avait déjà commencé à conquérir les cœurs des populations par son efficacité au travail. Car, dans cette ville pleine d’histoire – l’on se souvient que, sur le plan carcéral, Madame Dikoum, qui avait été reconnue coupable d’assassinat de son époux en 1983, avait passé plusieurs années à la prison pour femmes – certains avaient déjà pris beaucoup de libertés avec la loi. En prime, le chef de l’Etat, « chef suprême de la Police », pour parler comme le Commissaire Divisionnaire Didier Ngah (délégué régional de la Sûreté nationale), a démantelé tout un commissariat : le commissaire relevé de ses fonctions ; tous les autres éléments affectés ailleurs.

Le Commissaire de Police Vincent Pascal Mouen Mouen est intérimaire. mais, pas ses actions. En matière de lutte contre la vente et la consommation de stupéfiant, 27 personnes interpellés dans différente opération et déférés au parquet ; un champ de cannabis démantelé et détruit au village Nkolebiandi par Mfou à 6 kilomètres du centre-ville ; interpellation d’un membre des FDS (forces de défense et de sécurité) et saisie de 360 comprimé de Tramadol destinés au ravitaillement (des petites mains) dans les établissements scolaires.

En matière de lutte contre la grande criminalité, l’équipe du Commissaire de Police Mouen Mouen a saisi deux armes à feu en septembre 2020 et 50 munitions au cours d’une opération de vente illégale. La police de Mfou sous le Commissaire de Police Mouen Mouen a lancé une vaste opération de lutte contre la vente illicite de médicament avec, dans la nasse, 12 personnes interpellées et déférées et environ 2 tonnes de médicament saisies.

L’action de l’équipe de Vincent Pascal Mouen Mouen n’était pas seulement répressive. Un cadre de concertation et de travail avec les présidents des syndicats des transporteurs interurbain et moto taxi en vue d’emmener leurs différents adhérents à souscrire à une police d’assurance et à se faire établir un permis de conduire a été mis en place. Comment ne pas rappeler que le visage du Commissariat lui-même a changé.

Le commissariat s’est doté d’un mirador pour les factions de garde, d’une clôture et d’un portail, des toilettes modernes pour les fonctionnaires qui y travaillent, des toilettes pour les usagers qui se rendent au commissariat pour des services divers, des toilettes moderne pour les gardés à vues et d’un groupe électrogène en vue de le prémunir des problèmes d’électricité de la ville. Le Commissaire intérimaire a laissé un projet de construction d’une cantine pour les fonctionnaires est en construction au moment des nominations.

Portrait

Titulaire d’un Doctorat en droit option droit de l’homme obtenu à l’Université Catholique de Lyon et l’Université Catholique d’Afrique Centrale (cotutelle internationale), le natif de Douala dispose – par ailleurs – d’un Diplôme de commissaire de police français obtenu à l’Ecole nationale supérieure de Police de Saint-Cyr au Mont D’Or (France) en 2017, bien avant son diplôme de l’Ecole nationale supérieure de Police de Yaoundé.

Le Commissaire de Police Mouen est également auteur de plusieurs publications. Notamment « L’humanisation des conditions de détention au Cameroun », in Humanité et Liberté, Tome 2, Presses de l’UCAC, 2010, sous la Direction du Pr. Jean-Didier BOUKONGOU ; « Le rôle des organisations internationales dans la lutte contre le terrorisme », in Ex-cathédra, Bulletin de l’Apdhac, n° 39, Juillet 2013 ; « La responsabilité de prévenir  à l’épreuve du multilatéralisme en Afrique centrale », L’observateur des Nations Unies, vol. n° 35,  Association Française pour les  Nations Unies, Presses Universitaires d’Aix-en-Marseille, 2015 et un « Commentaire des articles 38 et 39 de la Charte Africaine de la Démocratie des Elections et de la Gouvernance », in Commentaire de la CADEG article par article, du sous la Direction du Pr. Jean-Didier BOUKONGOU, en cours de publication. Bon vent à cet exemple de bon policier, qui est par ailleurs Chargé des Travaux dirigés à la Faculté des sciences sociales et de gestion à l’Université Catholique d’Afrique Centrale.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici