Cameroun : Les Lionnes du volley-ball Bashorun et Nama annoncées

0
320

Indisponibles pour la sélection ces derniers temps, les deux athlètes envisagent leur come-back.

Par Cameroon Tribune

Par ces temps moroses, la montée en Pro A, la ligue A féminine de volley-ball en France, de son club est un réel motif de satisfaction pour la Camerounaise Sherilyn Bashorun. « Mon objectif était de monter avec Istres Provence Volley en division d’élite. Je suis satisfaite parce que notre groupe a pu relever ce défi. Nous étions super soudées. La cohésion du groupe et le travail des filles a payé. Le staff a également joué un grand rôle dans cette ascension.

C’est une victoire collective », confie la joueuse sur sa page Facebook. Une nouvelle qui éclipse les durs moments passés en fin d’année 2019. A cause d’une grosse blessure à l’épaule, elle a dû se faire infiltrer. Ce qui n’a pas permis à la centrale de participer avec les Lionnes indomptables au Tournoi continental qualificatif des Jeux olympiques, disputé en janvier à Yaoundé. Une sélection nationale que Victoire Nama Atangana rêve de retrouver, dès que possible.

Depuis son lieu de confinement au Brésil, l’attaquante-réceptionneuse pense d’ailleurs que les retrouvailles auront lieu très bientôt. « La date n’est pas encore précisée. Mais, ce sera très vite. J’ai été obligée de suspendre ma présence en sélection nationale, parce que j’ai eu des problèmes avec mon école. Il fallait que je sois présente pendant un temps et je devais respecter cet engagement », confie la sociétaire de University of TexasRio Grande Valley (UTRGV) aux Etats-Unis. Elle reconnaît avoir effectué une très bonne saison. Elle a été titulaire du début à la fin. L’Utrgv est un club qui est dans le Top 60, pour un championnat de première division qui en compte 300.

Sherilyn Bashorun et Victoire Nama Atangana réitèrent leur volonté de défendre les couleurs de la sélection nationale quelques jours après la publication du classement de la Fédération internationale de volleyball. Les Lionnes sont 24èmes derrière les Kenyanes. «Nous avons les moyens de très vite reprendre la première place chez les dames. Nous disposons de nouvelles ressources humaines jeunes et de bonne qualité morphologique dans notre fichier et qui ne demandent actuellement qu’à travailler et à compétir », conclut Serge Abouem, le président de la Fédération camerounaise de volleyball.

Installez l’Appli de Camer-Press pour suivre l’Actualité sur votre Téléphone via ce lien :

https://play.google.com/store/apps/details?id=com.camerpress.app

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici