Cameroun – Lpfc-Fecafoot : Le chantage de Seidou Mbombo Njoya

0
139

Il est connu de tous. Le Tribunal arbitral de sport (Tas) est la juridiction suprême en matière de sport. On peut se permettre de le dire. Le Tas est au-dessus de la Fédération internationale de Football Association (Fifa).

Par La Nouvelle

Le ministre des Sports et de l’Education physique (Minsep), le Pr. Narcisse Mouelle Kombi, le sait. Après la sentence rendue les 14 et 15 septembre 2020 en faveur de la Ligue de football professionnelle du Cameroun (Lfpc), le Minsep a aussitôt convoqué autour de lui, les responsables de la Lfpc et ceux de la Fédération camerounaise de football (Fecafoot). Il a été rappelé aux uns et aux autres que la décision du Tas est d’application stricte et immédiate. Dans un souci d’apaisement et d’appel à un esprit républicain, le Pr Narcisse Mouelle Kombi a demandé à chaque partie de « s’investir pleinement pour un retour à la normale dans la légalité et sans manœuvre dilatoire au juridisme excessif et contre-productif. »

Et ce, afin de faciliter l’application immédiate et sans condition, des sentences prononcées par le Tas les 14 et 15 septembre 2020. « L’image du Cameroun, Etat de droit, s’en trouverait davantage grandie, tout comme le football camerounais qui, hélas, reste plongé, depuis plus d’une décennie dans des crises regrettables », a martelé le Minsep. Pour une application diligente de la sentence du Tas, le Minsep va ainsi mettre sur pied un « groupe de travail ministériel » chargé du suivi de « l’application diligente » de la sentence du Tas. Missions : collecter, examiner et d’harmoniser les propositions formulées par la Fecafoot et la Lfpc, et éventuellement des parties tierces.

Alors même que le groupe de travail n’avait pas encore pris ses marques, le président de la Fécafoot, Seidou Mbombo Njoya parlait déjà d’une « ingérence » du gouvernement dans les affaires de la Fécafoot. Une hypothèse entrevue par la Fifa qui sera très vite recadrée par le Minsep. Ainsi, Seidou Mbombo Njoya et son clan espèrent faire chanter le gouvernement en brandissant une suspension du Cameroun des compétitions de football à l’international. Voilà donc de cyniques individus qui veulent remettre en question tous les efforts déployés depuis des années par l’Etat camerounais, avec à sa tête le président Paul Biya, pour organiser le Championnat d’Afrique des Nations (Chan) et la Coupe d’Afrique des Nations (Can). Et ce, au nom de petits intérêts bassement égoïstes des apprentis-sorciers de Tsinga. Dans son dossier de la semaine, votre journal ouvre les pages d’un cancer du football camerounais appelé Fécafoot, qui a pris en otage certains présidents de clubs.

(La suite en kiosques)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici