Cameroun – Pacte colonial : Ces guerres que la France soutient au pays de Paul Biya ?

0
232

Les sources sécuritaires s’inquiètent de l’invasion du Cameroun par un groupe armé de milices avec à sa tête un ex-combattant centrafricain formé par les services secrets français. Une réelle menace pour la république du Cameroun, rétorquent les esprits éclairés qui mettent en garde le pouvoir de Yaoundé contre la France qui cherche inlassablement à contrôler le pays et préserver ses intérêts. Le décrytptage de cette actualité et les révélations sur le sujet ont été faits par le journaliste et analyste politique Bertin Metsengue. Lecture!

« Il y a quelques jours, un document ultra confidentiel venant du Secrétariat Général de la Présidence de la République en direction des  services de renseignement camerounais(DGRE) demandant plus de précision sur  la présence d’une milice armée  à l’Extrémité Est du pays. Milice se faisant appeler Mouvement De Libération Du Cameroun –Mlc le dit mouvement est constitué de 5000 hommes de nationalité tchadienne et centrafricaine outillés et formés par les services secrets français à la tête duquel se trouve un ex combattant de l’armée tchadienne.

Le Cameroun est depuis une décennie sous la menace de la déstabilisation française. L’Elysée accuse Yaoundé de vouloir s’émanciper et entrainer de ce fait tout le pré carré français vers une indépendance totale qui condamnerait alors l’hexagone à un démantèlement de son économie et à une cessation de paiement de sa dette extérieure exponentielle signant de ce fait la fin de sa puissance économique. Tout d’abord Paris a cru que Paul Biya quitterait le pouvoir en 2011 pour laisser la place à un membre du G11 contrôlé par Paris à la tête duquel se trouvait Marafa Amidou Yaya et constitué de Atangana Mebara  et bien d’autres dignitaires du régime de Yaoundé pour la plus part en prison pour indélicatesse avec la fortune publique. Certains membres sont encore libres on peut citer entre autres Maurice Kamto et beaucoup peuvent comprendre pourquoi Paris  a toujours fait « pression » sur Yaoundé à chaque fois que la justice camerounaise a interpellé ce membre du G11 en liberté.  Seulement Le peuple camerounais en a décidé autrement. La France n’a donc eu d’autres moyens que de recourir à la violence.

Boko haram, Ambaboys et maintenant MLC  tous françaises !

La France a sous-estimé les capacités militaires du Cameroun.  La mise en place de plusieurs milliers de combattants soudanais, tchadiens et centrafricains qui constituaient la version milicienne de Boko Haram avait pour mission de diviser le pays en 2 donc de séparer le septentrion (Adamaoua- nord et extrême nord) de la partie méridionale. Mais c’était sans compter sur la puissance de feu des forces de défense camerounaises qui ont réduit à néant cette nébuleuse. En collaboration avec certains autres pays occidentaux le pays de  DE GAULLE a lancé un autre front de guerre dans le NOSO (Nord-Ouest et Sud-ouest) cette menace aussi qui est à son terme à été un échec grâce au tact et à la meilleure maitrise du terrain des autorités camerounaises. Alors que le pays est en train de venir à bout de cette autre plan satanique voilà que la France annonce de nouvelles options dans le Septentrion et à l’EST du pays.

Une nouvelle version de BOKO HARAM à l’Extrême nord et à l’EST

La démarche française est de précipiter le pays dans le chaos. Il faut l’essouffler avec les conflits armés pour épuiser son économie et provoquer une implosion sociale. Après deux tentatives foireuses, Paris semblait dire  lors de l’interview de son Numero1 au journal Jeune Afrique que les activités de Boko Haram allaient continuer quand il estimait que Yaoundé ne faisait plus assez dans la lutte contre Boko haram et que seul la Tchad était au front. Attaquer désormais le pays de Paul Biya à l’Est et revitaliser la puissance de sa milice à l’Extrême Nord  semble aujourd’hui l’option choisi par la puissance impérialiste et colonisatrice. Il y a un front de guerre qui va s’ouvrir désormais à l’Est du pays. Un groupe de miliciens  tchadiens et centrafricains formés en RCA à la tête duquel trône un ancien lieutenant tchadien arrêté par les autorités tchadiennes puis relâchés pour la cause.

Le Cameroun désormais  maitre de son destin à partir de ce 26/12 !

Yaoundé est conscient de la puissance de l’ennemi et «maitre d’hier ». Il connait ses forces et ses faiblesses et a toujours agi sur ses faiblesses pour en venir à bout. Le pays est depuis fort longtemps en RCA et a le plus important bataillon constitué de 1400 hommes qui maintiennent la paix dans ce pays voisin. Ils ne font pas que maintenir la paix, ils veillent également à la sécurité de «  la tombe où dormes leurs pères et le jardin que leur aïeux ont cultivé » de l’extérieur. De plus, le pays a réorganisé le déploiement des troupes dans le triangle national  suivant  l’ordre des priorités sécuritaires. L’Est comme l’Extrême Nord ou encore  le Nord-Ouest et le Sud-ouest sont les régions où le niveau de sécurité est le plus élevé. Contrairement à ce que beaucoup peuvent croire, le Cameroun dépense beaucoup dans les opérations de surveillance du territoire.  Donc toute tentative d’agression à quelque niveau que se soit des frontières camerounaises recevra une riposte appropriée et rapide suffisante pour enrayer la menace. L’ennemi sait bien qu’il ne met pas ces milices en dans le but de réussir mais dans le but de fragiliser économiquement le pays, ce que des millions de patriotes camerounais redoutent et veulent combattre à leur manière.

Le combat risque de se déporter ailleurs !

Beaucoup de groupes et associations de patriotes commencent sérieusement à penser à des représailles contre les intérêts économiques  français si Paris n’arrêtait pas sa folle machinerie. Déjà le 25  février 2020, dans plusieurs villes du pays, des milliers de camerounais en colère ont menacé de s’en prendre aux biens français ainsi qu’à leurs citoyens. Les autorités ont désamorcé cette menace. Ce n’est pas la première fois le 28 février 2016 lors d’une marche à la place du 20 mai en soutien à leur force de défense au front contre boko haram , l’ambassadrice de France avait eu la maladresse de vouloir se joindre à la dite marche elle a été pourchassée n’eut été les forces de sécurité qui encadraient cette marche l’irréparable se serait produit. En 1998, le Match Cameroun –Chili, 3e match de poule du mondial français entaché de plusieurs irrégularités qui ont condamné la mythique équipe du Pays affectueusement appelée Lions Indomptables à une élimination injuste. Juste après ce match les jeunes camerounais se sont vengés sur certains expatriés pour la plus part des français qu’ils avaient bastonnés et ont saccagé les kiosques du pari mutuel camerounais-PMUC une filiale camerounaise du PMU en France. L’opinion camerounaise de nos jours ne peut plus accepter de rester à la traine dans ce combat qui a des allures d’indépendance. C’est donc dire que rien ne sera plus comme avant. Paul Biya persiste et signe que  « le Cameroun entend rester maitre de son destin ». J-10 pour le 26 Décembre.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici