Cameroun : Paul Eric Kingue et le Manidem seront aux Régionales

0
112

Les deux partis politiques se réjouissent de la tenue des régionales et annoncent qu’ils-y participeront.

Par La Cible

Notre parti, comme tout parti, a l’ambition d’accéder au pouvoir pour implémenter son programme. Néanmoins, la situation sociopolitique et sécuritaire, dans les régions du Sud-Ouest et le Nord-Ouest et de l’Extrême-Nord, commande davantage que l’on se saisisse de cette opportunité pour faire avancer la démocratie participative au “Kamerun”. Cette élection va achever le processus, engagé depuis 1996, de décentralisation de l’État du “Kamerun”. Dans le contexte actuel, cette convocation est donc une suite logique, politique et constitutionnelle de ce processus ». Dans un communiqué rendu public après l’annonce des régionales, le Bureau politique du Mouvement Africain pour la Nouvelle Indépendance et la Démocratie (Manidem) a tenu à s’exprimer pour dire sa satisfaction.

Même s’il ne compte qu’un siège obtenu à la mairie de Dibombari, le parti d’Anicet Ekani se réjouit tout de même de voir arriver cette échéance. Il rejoint ainsi les autres formations de l’opposition qui se sont déjà prononcés favorablement à la tenue du scrutin. A l’instar de Paul-Eric Kingué, président du Mpcn et ancien allié de Maurice Kamto. Ce dernier a tenu à jeter des fleurs à son bourreau d’hier : Paul Biya. « La décentralisation est une chance que le Président Paul Biya est en train de vouloir léguer aux Camerounais.

Car, avec la décentralisation, les populations prennent  elles-mêmes leur destin entre les mains ». Celui qui s’est fait remarquer récemment pour s’être mesuré au sous-préfet de Jombe-Penja a également dit sa satisfaction « parce qu’enfin, le Cameroun va traverser

une nouvelle étape qui est celle de la régionalisation, qui vient compléter l’arsenal de la décentralisation. Il fallait commencer par les communes et achever par les régionales. Maintenant, nous y sommes […] La décentralisation est une chance que le Président Paul Biya est en train de vouloir léguer aux Camerounais. Car, avec la décentralisation, les populations prennent elles-mêmes leur destin entre les mains ».

Au passage, il n’a pas manqué d’égratigner son ancien allié aux ambitions insurrectionnelles. « J’interpelle les autorités de ce pays à ne pas négliger ce que Monsieur Kamto est en train de faire. Et de prendre toutes les dispositions pour mettre hors d’état de nuire tous ceux qui veulent mettre à mal la cohésion de ce pays », conclut l’ancien directeur de campagne du président du Mrc à la présidentielle d’octobre 2018 au Cameroun.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici