Cameroun – Port de Kribi : La nouvelle place portuaire monte en gamme

0
98

Le port en eau profonde Kribi dans le Sud Cameroun n’est plus un projet. L’infrastructure est bel  et bien bâtie et désormais opérationnelle.

Après une année 2017 essentiellement consacrée à l’exportation des hydrocarbures pour un volume de près de 3,5 millions de tonnes, les opérations commerciales sont effectives dès 2018, avec la mise en service des deux terminaux Onshore et du terminal gazier Hilli Episeyo. L’un concédé à KCT (Kribi Conteneur Terminal) pour ce qui est du terminal à conteneurs et l’autre à KPMO (Kribi Performance Multi Operators), opérant en sous-traitant sur le terminal polyvalent. Le trafic après une année d’activités est de l’ordre de 10 016 635 tonnes, avec 244 navires accueillis pour 2 018 605 tonnes manutentionnées sur les terminaux Onshore et 79 navires pour 7 997 013 tonnes embarquées sur les terminaux offshore.

Comme le révèlent les statistiques compilées sur le volume des transactions sur cette plateforme portuaire, on est parti d’un rythme timide pour tendre progressivement vers une cadence accélérée. C’est le cas du terminal à conteneurs dont le taux d’occupation a démarré à 52% du taux d’occupation, en mars pour atteindre le pic de 84% à la fin du premier semestre, avant de baisser légèrement au début du 3e trimestre, de 64% à 52% en décembre 2018.

Sur le terminal polyvalent, on a enregistré une nette constante des opérations à partir du mois de mai 2018, avec un taux d’occupation de 86%. L’embarquement du bois devient l’une des opérations phares sur ce terminal, entre les débuts des opérations avec APM Maritime et la signature du contrat de concession en régie indirecte entre KPMO et le PAK. Le pic sur ce terminal a été atteint en août 2018, avec 97% du terminal occupé. S’il est un autre indicateur-clé de performance à analyser pour apprécier le démarrage du port de Kribi, c’est bien le volume de trafic en transit. Cette place portuaire ayant aussi été conçue dans le but de répondre aux besoins des pays limitrophes dépourvus d’un littoral à l’instar du Tchad et de la République centrafricaine.

Les produits transitant par le port de Kribi à l’export sont principalement les produits issus du bois. Le port de Kribi a enregistré cette année en provenance de la RCA, du Tchad et de la RDC 14350 tonnes de bois et de ses dérivés à destination de la Chine et du Vietnam. Pour ce qui est du transit import, les marchandises dénombrées dans le cadre de ce trafic sont en général des produits de première nécessité, importées à plus de 68% par le Tchad sur le trafic global. Le port en eau profonde de Kribi est d’abord une infrastructure au service du développement de l’économie camerounaise. C’est la raison pour laquelle la plateforme a été en premier lieu construite pour servir d’accélérateur à la création des industries ; favoriser le développement urbain, le développement des infrastructures de transport maritime, routier, ferroviaire, énergétique, de communication et de télécommunication.

Globalement, sur la période de référence, 87% de ses marchandises exportées du port de Kribi sont à destination du continent asiatique. La nouvelle politique d’industrialisation place d’ailleurs cette plateforme portuaire au cœur de l’exploitation des ressources naturelles du pays à l’instar du fer et de la bauxite, dont les opérations d’importation et d’exportation nécessitent des navires de très grande taille.

Au terme de l’analyse du bilan des 365 premiers jours d’activités commerciales on peut dire que, le port de Kribi, dirigé par Patrice MELOM depuis août 2016, a déjà rempli deux objectifs majeurs : combler le déficit du Cameroun en infrastructures portuaires et élever le niveau du pays en matière de technologies modernes à propos de la chaine d’approvisionnement maritime et portuaire. La sécurité et la sûreté y sont une réalité. Porté par une équipe relativement jeune (une moyenne d’âge de 37 ans), le PAK a de la ressource en son sein pour positionner définitivement cette plateforme portuaire en hub du commerce extérieur de la sous-région Afrique centrale.

Source : PAK Magazine

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici