Cameroun : Le recouvrement des recettes fiscales en difficulté à Ambam et Kyé-Ossi dans la Vallée du Ntem

0
56

Alors que la Région est considérée comme l’une des plus grandes contributrices dans la mobilisation des recettes douanières au Cameroun, des informations font état de pression et intimidation sur les agents de recouvrement.

Par Essingan

Dans le cadre du lancement du budget 2021 à Ebolowa, Louis Paul Motaze a fait une révélation, pour le moins, troublante. Selon le membre du gouvernement, les services douaniers n’arrivent pas à collecter sereinement les recettes alors que les ambitions que nourrit la loi de finances 2021 en matière de recettes, interpellent particulièrement la Région du Sud en raison du privilège qu’elle a de disposer à elle-seule de trois ouvertures sur les pays voisins (Gabon, Guinée équatoriale et Congo), avec pour corollaire d’importants mouvements des personnes et des biens.

« Il ressort des rapports et des informations de terrain qui me parviennent que les services de Douanes placés dans les frontières avec le Gabon et la guinée équatoriale, font régulièrement l’objet de pression, l’intimidation, de persécution, voire l’obstruction dans l’exercice de leurs fonctions, limitant ainsi leurs capacités de recouvrement et de participation aux objectifs assignés à la direction générale des Douanes dans le cadre des lois de finances successives », a déclaré le Minfi.

Il a donc saisi l’opportunité pour en appeler d’abord, au civisme des populations, ensuite au respect par divers importateurs de leurs obligations douanières, puis au soutien des élites de la Région et surtout à l’accompagnement des autorités administratives qui ont la responsabilité d’encadrer et de sécuriser les services de l’Etat opérant dans leur territoire de compétence. Seule cette implication de tous permettra de porter les capacités contributives de la Région du Sud au niveau souhaité à la hauteur de ses potentialités.

Aux services des Douanes, il les a engagés à continuer à faire leur travail sans relâche et à dénoncer toute forme d’entrave à la sécurisation de l’espace économique ainsi qu’au recouvrement des recettes. « La responsabilité du ministère des Finances en général et de services de Douanes en particulier dans de pareilles zones frontalières est de protéger notre espace économique national et de procéder au recouvrement des ressources pour permettre à l’Etat d’honorer ses engagements vis-à-vis de ses divers créanciers. », a-t-il rassuré.

Aux opérateurs économiques, le ministre des Finances a expliqué qu’ils sont les partenaires sans lesquels l’exécution du budget ne saurait se réaliser. « Vous êtes les principaux contributeurs au budget de l’Etat, et le niveau de réalisation des recettes fiscales dépend essentiellement de votre adhésion à la politique fiscale du gouvernement et de votre volonté à prendre part à sa mise en oeuvre. Aussi des mesures de facilitation sont inscrites dans la loi de finances de la République afin d’améliorer la relation que vous entretenez avec l’administration fiscale », a-t-il déclaré. A sa suite, le gouverneur de la Région du Sud, Felix Nguele Nguele, a promis le soutien de l’administration publique pour aider les services douaniers dans leurs missions de recouvrement.

Carrefour des trafics

Le carrefour des trois frontières à Kyé-Ossi fait l’objet de saisies récurrentes de biens de contrebandes. Au cours des dernières semaines, les agents de la douane camerounaise ont opéré « des saisies exceptionnelles ». Parmi les objets et autres produits prohibés saisis, le DG des douanes au ministère des Finances cite une cargaison de 118 pointes d’éléphants (ivoire), récupérées chez des trafiquants dans la localité d’Ambam, dans le Sud du pays. A en croire Fongod Edwin Nuvaga, DG des Douanes, ces pointes « d’un poids total de 626 kilogrammes » représentent « 59 éléphants abattus ».

En dehors de ces pointes d’éléphants, animaux protégés par la loi faunique au Cameroun, les douaniers camerounais ont également mis la main sur 30 dents et 18 griffes de panthère entre les localités de Batouri et Bertoua, dans la région forestière de l’Est. Au cours de ces opérations de lutte contre le commerce illicite, les douaniers ont également, en 14 jours, saisi 400 cartons de vins et liqueurs dans les villes d’Ambam et de Kyé-Ossi, toutes deux frontalières à la Guinée Equatoriale ; 42 ballots de pagnes de luxe de contrebande dans la localité de Nomayos (Centre) ; 500 sacs de riz non déclarés et 140 cartons de produits pharmaceutiques dans la capitale…

Urgent !

Suivez l’actualité du Cameroun en Installant sur votre Téléphone l’Application CamerPress en cliquant sur ce lien :

https://play.google.com/store/apps/details?id=com.camerpress.app

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici