Cameroun : Ruben Malick Djoumbissié au centre d’un tribalisme Bamileké contre Bamoun dans l’Ouest

0
152

Un certain Blaise Nsangou écrit au journaliste Ruben Malick Djoumbissié en guise de droit de réponse pour défendre son « Roi » le Sultan Roi des Bamoun Ibrahim Mbombo Njoya dans ce qui ressemble à une guerre tribale entre les deux grandes communautés de cette région : les Bamileké et les Bamoun. « Les Bamouns accusent les Bamilékès de leurs “déclarer la guerre”. Ruben Malick Djoumbissié, ex journaliste de Canal 2 International licencié pour incompétence est, semblerait-il, le charrié de ladite “déclaration de guerre”. Djoumbissié (Bamileke) aurait publié un texte accusateur et condescendant contre le Sultan Roi des Bamoun, ledit texte est abondamment partagé par un organe  de presse cybernétique, Le 4e Pouvoir dont le promoteur serait, selon les Bamoun, un Bamileke. D’où la grogne Bamoun. Lisez aussi !

“Ruben Malick Djoumbissie ou l’émissaire d’une provocation Bamileke” :

Je viens de lire une sortie épistolaire adressée à S.M. Ibrahim Mbouombo Njoya, Roi des Bamoun, Haut Dignitaire Religieux et Haute Autorité morale. Je n’aurais même pas dû répondre car, la vacuité du fond pamphlétaire est à l’image de celui qui l’aurait rédigé. Mais je le fais parce qu’une presse cybernétique lue, a pris sur elle, de relayer ledit pamphlet, ce, malgré son impertinence charriée avec un niveau de langue incroyablement bas et qu’on voudrait laisser croire qu’il aurait été produit par un soi-disant journaliste d’investigation (titre attribué à l’auteur). Mais passons !

De tout ce que j’ai lu, il n’y a aucune substance. Manifestement, le fil d’Ariane vise à accuser, (1) la jeunesse Bamoun de crime rituel et (2) de trafic d’ossements humains au point  de (3) rendre Sa Majesté Roi des Bamouns responsable, au forceps d’incohérents arguments, de laisser-faire la jeunesse Bamoun, selon l’auteur, des immondices.

D’abord, j’enlève à cet individu sans emploi ni repère, encore  moins du prestigieux titre de journalistes d’investigation. L’auteur, notamment un certain Ruben Malick Djoumbissié est un imposteur. Un amateur sans etoffes journalistique qui se serait essayé, à une certaine époque, en télévision sans succès. Ruben Malick Djoumbissié est un chômeur, un mendiant au sens stricto sensu du terme. Je présume que la disette l’aurait poussé à rediger des inepties dans l’espoir de se faire un nom derrière un grand Nom. Il me souvient du jour où,  au niveau du quartier Bona Kwamwang, à Douala, au carrefour Équinoxe Tv, il interpellait aux fins de quémander quelques pièces d’argent à mon leader, arguant son indigence au prétexte d’être sans emploi après son licenciement pour incompétence à Canal 2 International, où il exerçait en CDD.

Qu’il soit présenté comme journaliste d’investigation, ça fait rire ! J’en tiens pour preuve irréfutable l’usage à tort et à travers des chiffres sans maîtrise des techniques d’échantillonnage qui auraient apporté des précisions sur les origines des auteurs de certains delits cités par cet hasardeux petit pédant. Dans son pamphlet mal rédigé et pollué de fautes, il indique 800 cas de trafic illicites, les attribuant insolemment et très irrévérencieusement ce, dans un syllogisme imbéciles à la jeunesse Bamoun.

L’inconséquent pousse le bouchon plus loin en s’offrant le périlleux luxe d’accuser l’illustre Roi Bamoun de laisser-faire, comme si, même si ses fausses allégations auraient été fondées, le Roi serait un disjoncteur volontairement tilté de délits. Je tiens à dire au méticuleux peuple camerounais que la jeunesse Bamoun est une jeunesse responsable, travailleuse et consciente des enjeux sociétaux de l’heure. Elle est loin du cliché malveillant que ce petit provocateur voudrait l’oindre.

Il faut le dénoncer avec force : Djoumbissié, Bamileke est clairement dans l’option         “PROVOCATION”. Je dis qu’il s’agit d’une PROVOCATION ! Il veut créer à des fins inavouées, un conflit “BAMILEKE” contre “BAMOUN” : cette provocation est notée ! Je prends donc le peuple camerounais et les pouvoirs publics à témoins de cette “DÉCLARATION DE GUERRE” que je juge évidemment inutile. S’il est envoyé par des agents déstabilisateurs et promoteurs du tribalisme convulsif, il va se heurter au courageux peuple Bamoun. Parce qu’on sait toujours où ça commence, mais on ne sait jamais où çà se terminera. Que nos frères Bamileke de ce pays retiennent donc leurs enfants avant qu’il ne soit tard. Sinon ils seront tenus pour responsable du péril qui se prépare.

ON NE TOUCHE PAS AU ROI BAMOUN !

Les fils et filles Bamoun seront prêts, s’il le faut, à se défendre contre une race vipère en quête d’effusion de sang. Après le Chef de l’Etat, Patriarche et autorité traditionnelle (Bulu), c’est désormais le Roi, SM Mbouombo Njoya (Bamoun) que certains dissidents Bamileke veulent s’en prendre. Je vous le dis et c’est une mise en garde, le bain de sang que certains, je dis bien certains Bamileke cherchent dans ce pays, ils l’auront. Et croyez-moi, ce sera à leurs risques et périls ! J’appelle donc à la conscience des dignitaires Bamileke afin qu’ils retiennent leurs enfants. Sinon…

La publication de Ruben Malick Djoumbissié (Bamileke), relayée par la presse cybernétique Le Quatrième Pouvoir (presse Bamileke) est une provocation  à caractère tribaliste de trop qu’aucun Bamoun n’accepte et ne banalise. Loin d’une simple publication sur Facebook, “C’EST UNE VÉRITABLE DÉCLARATION DE GUERRE CONTRE LE PEUPLE BAMOUN. “Nous ne nous laisserons pas faire ! A bon entendeur…

Par Blaise Nsangou

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici