Cameroun : Stanley Enow sauve des vies à Melen face à la Polio

0
196

Après Bonanloka et Boumnyebel, l’ambassadeur national du Fonds des nations unies pour l’enfance pour la vaccination des enfants de 0 à 5 ans, s’est rendu dans ce quartier logé dans l’arrondissement de Yaoundé VI hier, 10 septembre 2020.

Par Le Messager

La poliomyélite est une réalité et malheureusement notre district de santé a été aussi victime. Ceci est dû au fait que nos mamans se sentent souvent fatiguées et ne vont pas vacciner les enfants. Chers papas et mamans, le mal est dans la maison, éradiquons le pour de bon et le moyen le plus sûr, c’est la vaccination », C’est sous ce cri d’alerte, que Bete Gisèle, administrateur principal et Chef de l’hôpital de district de Biyem-Assi, a invité les parents du quartier Melen à rester ouvert pour la vaccination de leurs enfants. C’était hier, 10 septembre 2020 à la chefferie de 3e degré de Melen 7b. Une invitation qui a touchée plus d’un, puisque la présence de Stanley Enow, qui s’est engagé depuis peu avec l’Unicef pour promouvoir la vaccination des enfants de 0 à 5 ans contre la polio, a drainé du monde.

Occasion également pour le délégué régional de la santé pour le Centre de demander aux populations de ne plus prêter une oreille attentive aux rumeurs qui visent à décrédibiliser le vaccin en cette période Covid-19. « Le coronavirus est venu empêcher davantage que les femmes vaccinent leurs enfants et du coup, la courbe vaccinale a chuté. N’écoutez pas les intox, cherchez la bonne information auprès des autorités. Le gouvernement ne peut pas tuer ses enfants parce que ce qui fait la force de l’État c’est sa population. Et si les enfants ne sont plus là, l’État va disparaître », a-t-elle indiqué. Et au rappeur camerounais d’ajouter « il ne faut pas qu’un enfant ne puisse réaliser son rêve parce qu’il ne s’est pas vacciné. Et rassurez-vous, un enfant vacciné c’est 100% de succès ».

En quittant la chefferie de 3e degré de Melen 7b, l’autorité traditionnelle, Abwa Marie Chantal, a rassuré l’Unicef et Stanley Enow sur la mobilisation effective de sa population pour définitivement tuer la poliomyélite qui selon elle a été « longtemps combattu mais jamais totalement abattu ». Le point de presse, qui a sanctionné cette caravane de sensibilisation sur la vaccination, donné au siège de l’Unicef a permis à Jacques Boyer d’inviter une fois de plus les parents à ouvrir leur porte aux agents de santé qui les visiteront lors des campagnes locales de vaccination dans les prochains jours malgré la crise sanitaire actuelle.

« Le coronavirus n’a pas tué les autres maladies. Il y a d’autres maladies que nous pouvons prévenir et il faut faire vacciner les enfants. Nous invitons les parents à ouvrir leur porte pour que les enfants reçoivent leurs deux doses de vaccin lors de la campagne et nous encourageons les parents à toujours fréquenter les hôpitaux pour la vaccination de routine », a exhorté le représentant résidant de l’Unicef. Pour que toutes les populations soient suffisamment sensibilisées afin de permettre une vie saine à tous les enfants, l’ambassadeur Stanley Enow a promis travailler sans répit.

« J’ai dit à Mr Boyer que même comme il va aller en vacances, je vais l’appeler non pas pour lui demander comment il va mais pour lui demander quand est-ce qu’on va au Nord parce qu’on m’a dit que c’est aussi un foyer de contamination et je crois que ce sacrifice en vaut la peine », a-t-il révélé. Comme quoi, la fin de cette tournée de sensibilisation donnera naissance à d’autres dans les jours à venir. Mais en attendant, les enfants doivent se faire vacciner lors des journées locales de vaccination qui vont se tenir du 18 au 20 septembre et du 09 au 11 octobre dans 6 régions du pays.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici