Cameroun – Stopper les discours haineux en ligne : La solution que préconise JCI Yaoundé excel

1
197

 

La jeune chambre internationale propose une coalition de tous les acteurs sociaux pour stopper le phénomène des discours haineux dans les médias sociaux visant les minorités.

Stopper les discours haineux dans les médias sociaux, tel l’objectif visé par le forum a organisé l’ONG JCI Yaoundé excel en partenariat avec la fondation Tandem Muna le 09 décembre dernier à Yaoundé, en prélude à la journée mondiale des droits de l’homme. Avec pour thème général «discours de haine, médias sociaux en période de crise », les échanges avec les participants visaient à fournir une plate forme pour promouvoir le dialogue et la coopération sur les questions liées aux minorités. Une fixation faite sur cette couche du fait de sa vulnérabilité. « Ce sont les sans voix» indique Joséphine Ngo Ndemha, présidente JCI Yaoundé excel.
Depuis quelques années le Cameroun vibre au rythme des attaques haineuses dans les médias sociaux, ayant des répercussions désastreuses au sein de la société. « On se souvient encore de ces divergences d’opinions ayant défrayé la chronique et créé de vives tensions dans les réseaux sociaux entre deux mouvements, à savoir : Sardinards et tontinards.» a souligné le représentant de la Commission Nationale des Droits de l’Homme et des Libertés (Cndhl) dans son discours de circonstance. Au passage, il a également constaté l’effet dévastateur des discours haineux et violents des sécessionnistes en ligne. Pour finalement regretter les conséquences de ces actes ignobles, notamment les atrocités sur les enfants et femmes. Non sans fournir l’arsenal juridique en la matière au Cameroun qui repose sur l’article 241 du code pénal et bien plus. Selon la jeune chambre internationale, les expressions de discours haineux et de diffamation en ligne qui ciblent ou font des minorités des boucs-émissaires créent souvent un climat d’intolérance et d’hostilité. En conclusion, il est temps que la société ou mieux les communautés prennent en main ce problème. Pour cela « il faut une synergie d’action, une coalition parce c’est un combat communautaire, nationale.  L’État, les institutions, les commissions, les organisations de la société civile et les citoyens doivent mettre la main à la patte pour avoir une cohabitation pacifique et harmonieuse » retient Joséphine Ngo Ndemha, présidente JCI Yaoundé excel.

Un appel qui a touché le directeur de la fondation Tandem Muna de Yaoundé, lui qui a hébergé le forum d’échange. « La première raison a été la thématique choisie pour l’événement. On est dans un contexte de crise où le discours de haine a fusionné un peu partout. Et on a vu les atrocités. Dans l’optique de voir un climat d’apaisement que ce soit des individus qu’au niveau de l’État. La fondation a trouvé normal d’encourager cette initiative. N’oubliez pas, la fondation porte le nom de Salomon Tandem Muna. L’un des artisans de la construction du Cameroun tel qu’on connaît aujourd’hui »explique Ndika Tanjong, directeur de la fondation Tandem Muna de Yaoundé.

  Paul Fils Eloundou 

1 COMMENTAIRE

  1. Il faut que ça cesse.
    C’est devenu normal aujourd’hui Pour n’importe quel internaute d’avancer des propos déplacés à son compatriote d’une autre tribu.
    Parceque les réseaux accueillent tout le monde et offrent trop de liberté.
    Nous tous devons prendre l’importance de la valeur de mon frère ou ma sœur, qu’il soit de la même tribu ou pas.
    Nous ne savons pas qui nous rendra la main, lorsque nous sombrerons au fond d’un trou un jour.
    Il ne dois pas avoir de place plus importante dans notre société seulement les bassas, les bamilekes, les Betis…..
    Nous sommes tous unique , nous sommes tous Camerounais, nous sommes tous Africains, nous sommes tous noirs, tous sommes tous blancs et nous sommes des Hommes
    Non au discours haineux sur les RS

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici