Cameroun : Une femme à la tête du Conseil national de la jeunesse

0
315

Fadimatou Iyawa Ousmanou, originaire de la région de l’Adamaoua a été élue en 2018 pour un mandat de trois.

C’est une digne fille de l’Adamaoua qui présidera désormais aux destinées du conseil national de la jeunesse du Cameroun (Cnjc) pour un mandat de 3 ans. C’est la toute première fille à occuper un tel poste depuis la création du Cnjc en 2009. Elle battu deux candidatures masculine le 1er avril dernier au cours d’un scrutin particulièrement houleux comme on peut l’imaginer en milieu jeune. Ingénieure informaticienne de formation, Fadimatou Iyawa, âgée de 25 ans seulement est titulaire de deux masters dans le domaine de l’informatique qu’elle passionne particulièrement.

Elle aura donc la lourde responsabilité de redorer le blason d’un conseil de la jeunesse qui n’a pas toujours bonne presse. “Je souhaite rassembler toute la jeunesse camerounaise, car nous formons un tout. Nous avons un potentiel que je souhaite valoriser avec tous les jeunes”, a-t-elle confié au lendemain de son élection. Humble, posée et dévouée comme toute nonne fille du Sahel, Fadimatou Iyawa ne débarque pas de nulle part.

Elle jouit d’une bonne dose d’expérience à cause de son dévouement dès son jeune âge à la chose associative ? Apres l’obtention de son baccalauréat scientifique à l’âge de 16 ans, elle débute son parcours académique en 2010 à l’institut universitaire technologique (Iut) de Douala, couronné par une licence en génie logiciel. Par ailleurs, elle obtient l’International Honor Diploma in Business Administration à Cambridge Institut of Professional Training. Nantie de ces deux licences, elle se lance dans un Master télécoms et réseau à l’Iftic Sup de Yaoundé et fait parallèlement un Master en systèmes d’informations option génie logiciel à Dakar au Sénégal.

Membre du bureau exécutif du programme américain Young African Leader Initiative à Dakar (Yali), membre et point focal du réseau des jeunes pour l’émergence de l’Afrique (Rjea), elle est également présidente de l’association Enfance sans frontière qui traite avec les jeunes sans le milieu carcéral, dans les camps des réfugiés et dans l’armée.

Alioum Bakary Gorna

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici