Cameroun – Vins et spiritueux: Le Mincommerce Mbarga Atangana veut assainir les dans les boites de nuits

0
169

Un contrôle inopiné, sous la supervision du ministre du Commerce Luc Magloire Mbarga Atangana, a été menée dans les principales boites de nuit de Yaoundé, dans la nuit du 21 au 22 février 2021.

Par L’Essentiel

Une certaine rumeur a prétendu que le marché camerounais est inondé de produits frelatés, de contrefaçon, à la suite de la découverte récemment par les forces de l’ordre dans un quartier de Yaoundé d’une fabrique de faux alcools. Face à une cette panique qui s’est emparée de l’opinion, il était donc important que le ministre du Commerce descende sur le terrain, pour toucher du doigt la réalité dans les snack-bars et les boites de nuit. « Le constat qui se dégage est que les produits qui sont sur le marché sont sur surveillance, conformes pour l’essentiel ; l’Etat va continuer son devoir de police, à travers le contrôle. De manière globale, le marché camerounais est sain », a déclaré le ministre Luc Magloire Mbraga Atangana.

Néanmoins, comme partout dans le monde, des brebis galeuses existent toujours. Et l’équipe ministérielle n’est pas rentrée bredouille : en effet, un établissement a reçu une mise en demeure au lieudit Rond-point Nlongkak, pour non-respect des règles d’hygiène, et confusion sur des vignettes apposées sur les bouteilles de whisky. Une autre mise en demeure a été servie à une célèbre boite de nuit située au quartier Elig-Essono pour défaut d’estampillage. Pour mener à bien l’opération, le ministre du Commerce était accompagné, outre de ses collaborateurs de la Brigade nationale de contrôle et de répression des fraudes, mais surtout, des forces de maintien de l’ordre. Au total, sept boites de nuit de la capitale sont passées au peigne fin du contrôle et de la traçabilité des whiskies qui sont proposés à la clientèle.

Les mouvements consuméristes ont salué l’initiative du ministre du Commerce. Selon Delors Magellan Kamseu Kamgain, président de la ligue camerounaise des consommateurs (LCC), ce genre d’opération mérite d’être étendu en régions. Tout en conseillant aux consommateurs plus de vigilance, il entend mener une campagne de sensibilisation des consommateurs sur « comment reconnaitre un bon vin ». Même si l’on est loin de la cote d’alerte, le ministre du Commerce appelle à la vigilance et à la responsabilité collective des consommateurs. Il tient par ailleurs à remercier les autorités administratives, les forces de l’ordre et certaines administrations à l’exemple de la justice pour leur implication significative dans cette action d’assainissement.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici