Cameroun- Développement : Penda Ekoka doute de l’efficacité du SND30

0
214

Il l’a fait savoir dans une sortie sur sa page officielle ce jour, 22 novembre 2020 

Une semaine après la présentation de la stratégie nationale de développement 2020/2030 par le ministre de l’économie, de la planification et de l’aménagement du territoire, cet économiste brise le silence avec une sortie musclée. Pour lui la SND30 porte en elle les germes de l’échec. Et qu’il connaîtra  le même sort que le document stratégique de croissance et d’emploi ( DSCE). La désillusion.

«Vous n’avez pas pu réaliser le scénario faible du DSCE pour l’émergence en 2035 qui préconisait un taux de croissance de 6%, qui passerait à 9,5% à partir de 2016. Le Cameroun peine à dépasser 3% de taux de croissance. Et vous voilà avec un …Qui pourrait vous prendre au sérieux ? Qu’est-ce qui aurait par magie changé institutionnellement pour permettre de telles prouesses ? Au contraire la dégradation du climat d’investissements s’est aggravée avec le risque d’insécurité. Quels investisseurs le pays va attirer dans ces conditions. Depuis soixante ans vous maintenez le même modèle colonial de rente agricole et miniere, qui produit et exporte les mêmes produits bruts ( café, cacao, coton, bois et petrole) pour importer des denrées alimentaires de grande consommation (poissons, riz, farine, sucre, huiles végétales), ainsi que des produits manufacturés qui creusent le déficit commercial, malgré nos potentialités – agricoles, pastorales et halieutiques- immenses. Une vraie politique industrielle aurait par des incitations multiformes encouragé les industries brassicoles et alimentaires, qui dépendent toutes d’intrants importés, à faire une remontée de la chaîne de valeur pour développer des complexes agro-industriels pour les besoins locaux et d’exportation. Ce qui aurait favorisé un développement équilibré aux plans régional, urbain et rural. Vous prenez vos incantations pour des réalités. Le secteur tertiaire, près de 55% PIB reste toujours concentré sur les services à faible valeur ajoutée (notamment le commerce de gros et détail), au détriment des services à valeur ajoutée dans l’ingénierie, la maintenance industrielle, les conseils juridiques et financiers, les TIC, etc. La carence criarde des infrastructures physiques et des institutions inclusives rend ce projet chimérique. Vous prenez vos incantations pour des réalités. La réalité est que vous avez totalement échoué et êtes simplement disqualifiés.»

Christian Penda Ekoka

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici