Football africain : Ahmad Ahmad poussé vers la sortie

0
142


C’est un nouveau séisme qui secoue la confédération africaine de football (CAF).Son président malgache écope d’une suspension de 5 ans infligée par la fédération internationale de football association (FIFA), instance faîtière du foot mondiale. Une sanction forte mais peu surprenante.

Ça lui pendait au nez. Le patron du foot africain sort par la petite porte 10 mois après avoir été remis en selle par cette même FIFA après 6 mois de tutelle imposés à la CAF ,en pleine tourmente en 2019.La chambre de jugement d’Ethique s’est donc prononcé ce lundi 22 novembre 2020, après de longues semaines d’enquêtes sur sa gouvernance de la CAF de sa prise de fonction en 2017,à 2019.Le successeur du Camerounais, Issa Hayatou,a donc été reconnu coupable d’avoir enfreint plusieurs articles du code d’Ethique, notamment, l’article 15 sur le devoir de loyauté, le 20 sur l’acceptation et la distribution de cadeaux ou autres avantages. Le tableau est encore plus noirci avec l’abus de pouvoir de l’édition 2020 du code d’Ethique de la FIFA en son article 25 et le 28 de l’édition 2018 portant sur les détournements de fonds. Il faut ajouter à cela l’organisation et le financement du voyage d’un pèlerinage à la Mecque, et des accointances avec l’entreprise d’équipements sportifs, Tactical Steel. Le chapelet des violations réglementaires est couronné par une lourde amende financière de 200 000 francs suisses, soit plus de 120 millions de F CFA. La sortie de route semble donner raison à la grogne qui a agité la famille du football africain durant les 3 ans de règne du désormais ex-vice-président de la FIFA.
Le fiasco de la finale de la ligue africaine des champions 2019,sa mise en garde-à-vue à Paris, en France, après celle-ci pour des accusations(déjà) de corruption lancées par son ex-secrétaire général égyptien, feu Amr Fahmy qui avait remis un dossier accablant à la FIFA en 2019.Le Libérien Musa Bility,ancien membre du comité exécutif de la CAF était allé lui aussi dans le même sens et exigé la démission d’Ahmad. On n’oubliera pas la gestion calamiteuse du dossier de l’organisation des CAN de 2019 à 2023 léguées par son prédécesseur. Un changement de format et de périodicité de l’épreuve reine du foot africain, en pleine campagne éliminatoire en 2017.Le retrait au Cameroun, de l’édition 2019,avait même entraîné des procédures au tribunal arbitral du sport de la part des Comores pour revendiquer l’exclusion du Cameroun, organisateur déchu alors qu’Ahmad avait promis que la compétition ne devait jamais être retirée au pays des lions indomptables.
Le couperet tombe sur Ahmad à l’heure où il se préparait à présider le CHAN Cameroun 2021,et,à se présenter à l’élection à sa propre succession en mars 2021.Les lendemains de la CAF s’annoncent incertains avec l’avenir qui sera réservé aux réformes et décisions conduites par l’ancien président de la fédération malgache de football.

Thomas Olivier Belibi

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici