Le Cameroun adhère au contrôle des eaux de ballast et sédiments des navires

0
142

Tel est l’un des trois projets de loi adoptés la semaine dernière par l’assemblée nationale du Cameroun.

Lors de la plénière du vendredi 3 avril consacrée aux discussions générales, les députés ont adopté les trois projets de lois soumis à leur examen le 27 mars dernier. A l’exception du ministre des Relations extérieures, Lejeune Mbella Mbella venu assister ses collègues, tous les autres membres du gouvernement dont les projets de lois ont été examinés en Commissions, se sont livrés au jeu de questions-réponses avec les parlementaires. C’était sous la présidence de Cavaye Yeguié

Djibril, président de l’Assemblée nationale.

Au terme de la lecture du rapport fourni par l’un des membres de la Commission des Affaires étrangères, les ministres de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire (Minepat), du Travail et de la Sécurité sociale (Mintss), ainsi que du ministre délégué auprès du ministre des Transports, ont expliqué et défendu leurs textes respectifs en répondant aux différentes préoccupations des députés. Le premier à se livrer à l’exercice est le Minepat, Alamine Ousmane Mey. La lecture du rapport a montré l’intérêt du projet de loi autorisant le président de la République à ratifier le Traité révisé instituant la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (Ceeac). Notamment que le Cameroun peut désormais briguer des postes de responsabilités au sein de l’Organisme. Répondant à la préoccupation d’un parlementaire sur ce qui est fait par les pays de la Ceeac pour lutter contre le Covid-19, le Minrex a relevé les efforts et mesures de riposte prises par les différents gouvernements.

A sa suite, le ministre délégué auprès du ministre des Transports, Zakariaou Njoya a défendu le texte visant à autoriser le président de la République à adhérer à la Convention internationale pour le contrôle des eaux de ballast et sédiments des navires. Il a expliqué que le projet de loi s’il est adopté permettra au Cameroun qui dispose désormais de deux ports en intense activité commerciale, de mieux gérer son secteur des transports maritimes. En termes, de rentabilité économique, de sécurisation de la navigation, de gestion de la pollution par les navires… La plénière s’est achevée avec le ministre du Travail et de la Sécurité sociale. Ce dernier a éclairé les députés sur le bien-fondé de la ratification par le Cameroun du traité révisé de la Conférence interafricaine de la prévoyance sociale (Cipres). Grégoire Owona a expliqué que le Cipres veillera, d’une façon générale, à la préservation des intérêts des travailleurs, à travers le contrôle des ratios pratiqués par les caisses de sécurité sociale des Etats membres. Lesquelles régulent en fonction des spécificités de leurs pays.

Source : Cameroon Tribune

Pour suivre toute l’Actualité sur le Cameroun, Installez l’Application de CamerPress sur votre Téléphone en cliquant sur ce lien :

https://play.google.com/store/apps/details?id=com.camerpress.app

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici